1:20 PM Posted by James Owens

.

Graffiti

Dieu l’épars nous rejoint dans la diversité.
J’ai rencontré ce grand vers de Perse cité
Sur les débris décroulants de divers cités—
Mais moins souvent aux murs des universités.

.

4 comments:

Roxana said...

tu aimes saint-john? il est souvent eblouissant mais d'autres fois je ne sais pas exactement quoi faire avec lui :-) et segalen? j'adore! mais malheureusement je n'ai trouve aucune traduction de ses Steles sur l'internet. de quelles "cites" parles-tu ici?

anhaga said...
This comment has been removed by the author.
anhaga said...

Je ne peux pas décider. Je lis Perse avec plaisir --- parfois --- et quelques de ses poèmes me ravissent (mais pas toujours les mêmes!). J’admire Saint-John, mais je trouve son trop d’éloquence un peu … ennuyeux? Ce vers est, néanmoins, de génie.

Actuellement, je lis Les Planches Courbes de Bonnefoy.

Il faut admettre, enfin, que Baudelaire est mon favori parmi les poètes français. Aussi, j’aime Lamartine plus que je le devrais (un secret embarrassant).

Roxana said...

oui, exactement, j'eprouve la meme chose avec Perse. et j'aime beaucoup Baudelaire, moi-aussi, "L'Invitation au Voyage" est parmi mes poemes preferes. Par contre Lamartine... c'est embarrassant, tout a fait :-P